Vous avez dit "Vendanges Tardives" ?

 

 

 

L'on sait qu'actuellement la mention "Vendanges Tardives" est réservée aux vins d'Alsace relevant des cépages riesling, muscat, pinot gris et gewürztraminer, qui ont droit à l'AOC Alsace et Alsace Grand Cru, et par ailleurs à l'AOC Jurançon.

 

Ces vins sont issus de raisins récoltés à la main, en surmaturité, souvent plusieurs semaines après le début officiel des vendanges, avec un élevage minimum de 18 mois. A l'issue de cette période d'élevage, les vins bénéficiant de la mention "Vendanges Tardives" sont mis sur le marché à destination du consommateur à partir du 1er juin de la deuxième année qui suit celle de la récolte.

 

L'opérateur doit déposer auprès de l'organisme de défense et de gestion une déclaration de production 8 jours au moins avant la récolte de la ou des parcelles concernées. Cette déclaration doit préciser notamment, pour le vin des parcelles en question, la référence cadastrale, la superficie, l'encépagement. Ces vins doivent obligatoirement être présentés avec l'indication du millésime.

 

En Alsace, la mention "Vendanges Tardives" a été utilisée dans sa version germanique ("Spätlese") depuis plus de deux siècles.

 

Au début des années 1970 les producteurs de la région ont souhaité protéger l'originalité de ces vins, en demandant la codification de leurs usages. Ceci a donné lieu à un décret du 1er  mars 1984, modifié par le décret n° 2007-1763 du 14 décembre 2007, puis par le décret n° 2011-1373 du 25 octobre 2011 (JORF du 28 octobre 2011).

 

Pour l'Alsace, cette mention "Vendanges Tardives" répond en conséquence à des prescriptions claires et nettement définies.

 

Mais ce qui a mis le feu aux poudres, c'est la demande récente faite par l'AOC Gaillac, petite appellation du Sud-Ouest, d'adjonction de la mention traditionnelle "Vendanges Tardives".

 

Du résumé des décisions prises lors de la séance du 28 septembre 2011 du comité national de l'INAO (Institut National des Appellations d'Origine), il est extrait à ce sujet ce qui suit :

 

"AOC "Gaillac" - Demande d'adjonction de la mention traditionnelle "vendanges tardives" - Bilan de la PNO - Rapport final de la commission d'enquête - Adjonction de la mention traditionnelle "vendanges tardives" - Projet de cahier des charges pour vote

 

Le comité national a pris connaissance du dossier.

Il lui a été rappelé que la définition communautaire de la mention "vendanges tardives" n'est pas très explicite et renvoie aux conditions de densité et de titre alcoométrique.

La commission d'enquête a veillé à ce que les conditions d'utilisation de cette mention dans le cahier des charges soient aussi strictes que celles figurant dans les cahiers des charges des 3 appellations pouvant l'utiliser à ce jour (Alsace, Alsace Grand Cru et Jurançon).

 

Par ailleurs le comité national a estimé la justification du conditionnement acceptable grâce à un contexte particulier (types de vins bien identifiés dans le chai donc mélange pas possible) et des contrôles de tous les lots.

 

Le comité national a approuvé le cahier des charges (2 voix contre, 2 abstentions) sous réserve de rectifier la rédaction sur les règles d'assemblage pour les vins rouges (assemblage des cépages principaux et non assemblage d'un ou des cépages principaux)".

 

Les viticulteurs d'Alsace, craignant de ce fait la banalisation des termes "Vendanges Tardives" et s'appuyant sur le règlement communautaire de 2006, ont, par la voix de l'AVA (Association des Viticulteurs d'Alsace), protesté contre l'extension desdits termes en constituant un avocat spécialisé et en intervenant par une lettre signée le 27 octobre 2011 par 10 parlementaires du vignoble alsacien auprès de Monsieur Bruno Le Maire, Ministre de l'Agriculture, en vue d'empêcher la mise en application de la décision INAO.

 

Cette affaire est donc à suivre…